Cinven veut céder la moitié de sa part dans Numericable

Publié le par Ludo

Article extrait du Figaro écrit par MARIE-CÉCILE RENAULT.

Le câblo-opérateur souhaite obtenir les moyens de faire de grosses acquisitions.

 
LES GRANDES manoeuvres reprennent dans le monde de l'Internet haut débit. Le fonds britannique Cinven, qui détient 70 % de Numericable, souhaite céder la moitié de sa participation dans le câblo-opérateur, valorisée environ deux milliards d'euros.
 
Plusieurs fonds ont manifesté leur intérêt pour cette participation de 35 %, et Cinven a engagé les banques d'affaires Rothschild et Morgan Stanley pour piloter le processus, selon Les Échos. Des fonds comme Providence, Carlyle, PAI, TPG, Blackstone, KKR et Permira figurent parmi les repreneurs potentiels.
 
« Il n'y a rien de très nouveau. Depuis des mois, nous avons indiqué que notre idée est de renforcer les fonds propres de la société pour la préparer à participer à la consolidation du secteur en France et en Europe », explique Patrick Drahi, président du fonds luxembourgeois Altice qui détient le solde de 30 % d'Ypso, holding coiffant Numericable. « Les prochaines acquisitions seront importantes, entre 3 et 20 milliards, il est donc utile d'élargir le tour de table en faisant entrer un autre gros mammouth à côté de Cinven, poursuit-il. Pour Cinven, qui est entré il y a deux ans, c'est aussi un moyen de continuer à nos côtés tout en réduisant son exposition. »
 
Confronté à la concurrence
 
Numericable, qui compte 3,4 millions de clients à un service de télévision, 700 000 abonnés à un service Internet et 450 000 abonnés à un service téléphonique, ambitionne d'être l'un des deux ou trois acteurs majeurs de la révolution du très haut débit. Il entend bien jouer un rôle de premier plan dans la consolidation qui s'annonce, ne cachant pas son intérêt si l'opportunité se présentait pour un rapprochement avec Free, Neuf ou Bouygues Telecom avec lequel il a noué un accord de MVNO (opérateur mobile virtuel).
 
Mais une autre source proche du dossier donne une version moins positive de la reconfiguration du capital de Numericable, affirmant que « Cinven n'y croit plus. L'activité est survalorisée et il n'y a plus de croissance ». CM-CIC Securities note aussi que les perspectives du câblo-opérateur ne sont pas très séduisantes, ce dernier étant confronté à la concurrence de la TV sur ADSL ainsi qu'au déploiement de la fibre optique. Sans compter que le régulateur veut l'obliger à partager une partie de ses infrastructures !

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article